Interview d'Eric Delaval (Zantafio)

 

Tu as transposé en 3D le dessin de plusieurs dessinateurs de renom, mais s’attaquer à Franquin cela représentait quoi pour toi ?

 

Un sacré challenge !! Franquin est un monument de la BD franco-belge réputé pour être difficile à traiter en volume ! Son graphisme est génial et fourmille de détails. Un bonheur pour un sculpteur ! On a aussi la drôle d’impression « d’être attendu au tournant »… d’être observé quand on s’attaque à Franquin…Je pense que l’impression doit être la même quand on sculpte un personnage d’Hergé…:o)

 

: Quelle a été ta première réaction quand éo t’a proposé le projet ?

 

: Très heureux, ça faisait un moment que je n'avais pas sculpté de parabd et c'était un réel bonheur de m'y remettre, surtout sur du Franquin !! De plus Zantafio n’a jamais été statufié en dictateur, c’était d’autant plus motivant de relever le défi !!

 

: Où résident les difficultés dans une telle mise en volume ?

 

La principale difficulté c'est de s'imprégner du style du dessinateur et d'essayer de trouver des solutions qui fonctionnent lorsque le dessin n'est pas strictement transposable en volume, ce qui est le cas pour Franquin.  Ensuite j'essaie de rentrer dans le personnage, sa personnalité, ses attitudes et d'essayer de le retranscrire dans la statuette. 

 

Dans l'album Zantafio n'apparaît quasiment jamais dessiné en entier, c'est le cas sur le visuel choisi où seul le haut du corps apparaît. Dans ce passage de l’album, il salue Spirou et Fantasio, et on peut imaginer que sa main gauche est appuyée sur son bureau. Comme il n’était pas question de réaliser le bureau qui dans le bd doit avoir la taille d’un paquebot, J’ai essayé de « détourner » l’image en essayant d’accentuer le côté théâtral de ce dictateur d’opérette mais en essayant de faire correspondre la partie visible de la case à la statuette. Pour cela, j’ai joué sur le placement des jambes, des pieds, de sa main gauche et en lui bombant légèrement le torse.

 

L’objectif c'est que le personnage soit une représentation la plus précise possible du dessin jusque dans les moindres détails. J'ai passé beaucoup de temps à analyser la morphologie de Zantafio et des personnages de Spirou très changeante entre les albums des années 50 et 60. Pour Zantafio j'ai pris comme référence évidemment "Le dictateur et le champignon" et "La mauvaise tête" où il apparaît également dessiné dans le même style. Certains détails apparemment simples comme les plis, la forme des vêtements m'ont également faits pas mal cogiter. Franquin à une manière très à lui de les dessiner et il fallait absolument essayer de les retranscrire correctement sur la statuette. Les difficultés supplémentaires résident également dans le fait que le dessin et certains détails sont très changeants d'une case à l'autre. Par exemple la casquette de Zantafio n'a jamais la même taille/forme d'une case à l'autre. J'ai du faire un mix de plusieurs cases et harmoniser le tout sur la sculpture.

 

Ici il s’agissait de sculpter le « méchant » et pas le « gentil » héros. Zantafio t’inspire quoi ?

 

: Les méchants m'intéressent tout autant que les gentils, parfois même plus sur certaines séries. Un héros n'a de sens que s'il a des ennemis dignes de ce nom. À ce titre Zantafio est intéressant je trouve. Sorte d'image inversée de Fantasio.

 

: Qu’as-tu préféré sculpter dans ce personnage ?

 

: Le visage ! C’est le premier endroit où le regard se pose quand on regarde une statuette. J'aime beaucoup cet exercice qui consiste à retranscrire les caractéristiques qui font que l'on reconnait un visage dans un style réaliste ou non. Jouer sur le petits détails très subtils qui rendent un personnage expressif y compris sur des styles épurés comme celui-ci. En tant que collectionneur de statuettes et figurines, je suis très attentif aux détails. Et sur Zantafio j'ai pris du plaisir à réaliser tous les petits éléments du costumes, décorations, en essayant de mettre le bon nombre d’étoiles !

 

On dit que dans chaque oeuvre, l’artiste apprend quelque chose sur lui-même. Qu’as-tu appris avec ce dictateur d’opérette ?

 

: Comme à chaque projet, je redécouvre mes « limites ». Je commence aussi à savoir m’arrêter et me dire « OK là c’est bon tu as fini », c’était très dur quand je débutais. J’ai également beaucoup de mal à évaluer mon travail, l’aide de mes proches et de ma femme en particulier m’aide beaucoup ! Elle sculpte également et  souvent elle est impitoyable !! :). Sculpter de la parabd est vraiment un exercice particulier. C'est un peu faire " à la manière de". A mon sens une figurine est réussie si l'on reconnait le personnage et le style graphique de son auteur avant celui du sculpteur.

 

Quel autre personnage de Franquin aimerais-tu transposer en volume ?

 

: Beaucoup !! Son oeuvre est tellement riche !! J’aimerais beaucoup reprendre Spirou, Fantasio, Champignac dans le style des albums des années 50. Je trouve le dessin à cette période très « élégant ». Traiter l’univers de Gaston et Gaston lui-même est également très tentant !!! Je pense également aux idées noires, notamment la couverture où Franquin broie du noir. Les monstres et bestioles diverses sont également très intéressants…

Contact

 

Edition Originale

5 rue Joseph Rivière

F-92400 Courbevoie | France​


T: +33 (0)6 33 01 90 86

 

info@éo.com

Suivez-nous !

  • Facebook Social Icon
  • Wix Twitter page

V2.03 © 2019 by éo created with Wix.com