Malcolm

 

Malcolm est le rat héros du chef d’oeuvre iconoclaste de Jean-Pierre Dionnet et Michel Pirus : Rose Profond.

Le graphisme de Michel Pirus est une référence et un hommage au style cartoon des années 30 et 40 : les personnages sont jolis et souriants avec leurs gants blancs maculé, les couleurs ravissantes.

Pourtant cet ouvrage détourne les séries américaines et les cartoons. Le contenu sulfureux taille des croupières au puritanisme en présentant des personnages catoonesques loin des héros animaliers horripilants d’être trop propres sur eux et trop jolis pour être totalement honnêtes. Le discours est décalé. Le héros est loin du gendre idéal. Les personnages boivent, sniffent, il cherchent la castagne autant que les filles, ils sont roublards

Malcolm n’échappe pas à la règle : après une nuit trop arrosée, il va commettre l’irréparable, forçant sa fiancé Mimi à aller plus loin qu’un simple bisou sur le front. Une descente aux enfers commence alors pour lui, mettant à mal la bien pensance entourant les personnages animaliers et suggérant la luxure, la colère, l’envie, la gourmandise, la paresse, l’orgueil, l’avarice …

© Pirus & Dionnet